Paris au tournant du Siecle

Paris_au_tournant_du_SicleParis au tournant du Siècle


Pour le centenaire de la naissance d’André Marchal, Susan Landale, aux claviers du grand orgue Oberthur d’Auxerre, rend hommage à son maître.

En choisissant les œuvres pour ce programme, Susan Landale a surtout  cherché à y faire figurer des amis, des contemporains et des mentors de Marchal,  et à reconstituer ainsi l’atmosphère  du monde de l’orgue à ce  tournant de siècle.

Louis Vierne, organiste de la cathédrale Notre-Dame de Paris de 1900 jusqu’à sa mort à la console en 1937, fut élève de Franck et de Widor au conservatoire de Paris. Il  dédia sa Quatrième Symphonie et son Impromptu (des Pièces de Fantaisie) à  André Marchal et fut un ami proche de la famille Marchal. Jacqueline, la fille d’André Marchal, s’en souvient comme un grand-père. La Berceuse « sur les paroles classiques » est dédiée à sa fille, Colette.
Gabriel Pierné a succédé à César Franck à Sainte-Clotilde en 1890, tribune qu’il quitta en 1898 pour se consacrer  à la direction d’orchestre. Il fut alors remplacé par Charles Tournemire. Les Trois Pièces, d’où sont extraits le Prélude et le Scherzando de concert, furent composées en 1893. 
Jean Huré fut l’élève d’Alexandre  Guilmant . A la mort de Gigout, il fut nommé à la tribune de Saint-Augustin, une  position  offerte à André Marchal (qui y avait souvent remplacé son maître),  mais celui-ci était déjà en poste à Saint- Germain-des-Prés. La Communion sur un Noël, une des deux seules pièces que Huré a écrites pour orgue, date de 1913 et est dédiée à Joseph Bonnet. 
Joseph Bonnet est né en 1884 à Bordeaux. Il devint l’élève de Tournemire, puis de Guilmant au conservatoire de Paris. En 1906, après avoir remporté son « premier prix » au conservatoire, il fut nommé titulaire de Saint-Eustache. Prenant exemple de son maître Guilmant, il entreprit de nombreuses tournées en Europe et en Amérique du Nord, s’intéressa à la musique ancienne en publiant des éditions de Bach et de Frescobaldi et une série de Historical Organ Recitals. Organiste virtuose, il composa également trois volumes de Douze Pièces ainsi que quelques œuvres séparées, dont les Variations de Concert. Dans l’impossibilité de regagner l’Europe pendant les années de guerre, il est mort au Canada en 1944.  André Marchal prit alors sa succession à Saint-Eustache. 
Né en 1870, la même année que Louis Vierne, Charles Tournemire fut également élève de Franck et de Widor au conservatoire de Paris.  En 1898 il succéda à Gabriel Pierné à Sainte-Clotilde, où il devint très vite renommé pour ses merveilleuses improvisations sur le chant grégorien à chaque dimanche et jour de fête.  Encouragé par Joseph Bonnet, beaucoup de ces improvisations  trouvèrent place  dans les 51 Offices de L’Orgue mystique, élaborés entre 1927 et 1929.  Chaque Office contient un Prélude à l’Introït, un Offertoire, une Elévation, une Communion et une Pièce finale (Sortie) et chaque mouvement prend pour thème  le plainchant du jour. Ainsi, l’Office de l’Assomption  utilise le Gaudeamus (Introït), Assumpta est Maria (Offertoire et Elévation), Optimam partem (Communion) et Ave maris stella et Salve regina pour le Paraphrase-Carillon final.
Eugène Gigout, lui-même  élève de Saint-Saëns, fut le professeur d’André Marchal au conservatoire de Paris, où il fut nommé à la succession de Guilmant en 1911. Organiste de Saint-Augustin de 1863 jusqu’à sa mort en 1925, il fut aussi un compositeur prolifique et un professeur bien-aimé. Il composa le Grand Chœur dialogué  en 1881, le dédiant à Alphonse Mailly, un élève de Lemmens. Les Minuetto, Scherzo et Toccata appartiennent aux Dix Pièces de 1892. Ces quatre œuvres figuraient régulièrement dans les programmes d’André Marchal.

 

 

 

Composition Orgue

 
Agence web Peach